L'artiste

Née à Lille, en 1968, Karine découvre le pastel pour la première fois aux Beaux Arts de Bruxelles en 1987.

Karine travaillle le pigment pur à la manière des peintres américains des années 50 : la nature est valorisée de façon hyperréaliste.
Son  identité picturale est un clin d'oeil photographique et ses particularités sont le velouté de la matière et la recherche de contraste dans  les couleurs.

Les oeuvres de Karine dégagent une atmosphère de sérénité, un arrêt sur image, un zoom sur la pureté du détail.
Comme le sculpteur et l'argile, le pastel reste l'une des rares techniques qui garde le contact tactile entre l'artiste et l'oeuvre. La création et la couleur  jaillissent réellement du bout des doigts de l'artiste.

Quelques événements :

2014 : Lyon, Salon Art3F
2013 : Seguret, Galerie La Maison
2012 : Gordes, Galerie Radu Fosca
2011 : Aix en Provence, Salon Côté Sud
2010 : Arles, Salon Provence Prestige
2009 : Bordeaux, Salon des Créateurs
2007 : Avignon, Atelier d'Artistes
2005 : Le Touquet, Westminster Hôtel
2003 : Marseille, Salon International d'Art Contemporain

Quelques liens :
Historique :

Léonard de VINCI fut l’un des précurseurs du Pastel avec ce qu’il appelait « la technique des couleurs sèches ».
Le Pastel doit son entrée dans l’histoire de l’art aux grands maîtres italiens de la fin du XVIème siècle entre autre RAPHAËL et MICHEL ANGE pour ne citer que les plus connus.
A Paris, le Pastel fut la grande vogue de la moitié du XVIIIème à la fin du XIXème siècle traversant les différents mouvements artistiques avec les grands maîtres tels que PISSARO, QUENTIN DE LA TOUR, MONET, DEGAS, RENOIR, SISLEY, CEZANNE.
Aujourd’hui, le Pastel refait son apparition notamment aux ETATS UNIS où il connaît actuellement un franc succès.

Technique :
 
Il existe 2 types de Pastel : le Pastel sec et le Pastel à l’huile. Il s’agit ici de Pastel sec.
Le Pastel est un bâtonnet de pigments purs.
Aucunes couleurs standards (couleurs primaires) ne sont répertoriées dans le Pastel comme dans l’Huile, l’Acrylique ou l’Aquarelle. Le mélange se fait directement sur la feuille par superposition de pigments et non à partir d’une palette.
Une fois projetée sur le papier, la poudre est fondue au doigt.
Le support est un papier Emeri dont le grain accroche le pigment et donne un aspect velouté à la matière.
Pour les finitions et les traits plus précis, le bâtonnet est cassé en deux afin d’obtenir une tranche.
La dernière étape consiste à fixer l’œuvre à l’aide d’un fixatif.


Copyright © 2001-2016 - Univers Pastel